7.11.12

Première neige

Il y avait une tempête de neige isolée sur le mont Sutton dimanche et vue de loin à partir d’Abercorn où il n’y avait pas un grain de neige la montagne semblait être prise d’assaut par une tourmente alors que les champs en bas étaient jaunes, ocre, roux.

Les voitures qui descendaient de la montagne avaient un manteau de neige sur le capot. Mon été et mon automne ont été très occupés et le week-end dernier enfin pour la première fois j’ai eu l’impression de respirer. Peut-être parce que nous avions une heure de plus pour vivre. La fable de la cigale et la fourmi me tourmente depuis ma naissance en me poussant à travailler et oublier le reste. J’ai osé dire à G que je travaillerais bien sur une ferme cet été pour me changer les idées, rencontrer des travailleurs mexicains, dormir dans une roulotte.  Ça l’a fait rire.

À Saint-Armand les chasseurs portaient leurs fusils en bandoulière, l’écorce des cerisiers qui bordaient les sentiers longeant pike river était bleue électrique à cause du froid qui l’embuait. Des voisins se réunissaient pour embarquer un cochon dans la boîte d’un pick-up. J’ai pris en route le dernier gros chou-fleur mauve de la ferme Reid à Sabrevois, du pain de viande fermier coupé en tranches fines pour les sandwichs à la charcuterie Le Saucisson Vaudois de Sainte-Brigide-d’Iberville et des tartes à l’argousier et au sureau à la fraisière Rougi et fils de Sainte-Sabine qui valent à elles-mêmes le détour.

Ça ne faisait pas une heure que j’avais exprimé mon désir de vivre de l’agriculture que G a demandé à la fermière chez Rougi si elle avait des postes à combler car il connaissait quelqu’un. J’ai souri en choisissant ma tresse d’ail pour l’hiver. On verra bien.
368, rue Principale
Sainte-Brigide, Québec

Fraisière Rougi 
1525 route 235
Sainte-Sabine, Québec