19.3.12

De l’invincibilité des Montréalais

Dimanche matin j’ai fait de la marmelade d’oranges sanguines en cuisant à feu doux 8 oranges pelées à vif et leurs zestes dans deux tasses d’eau, une  tasse de sucre et un peu de Grand Marnier.C’était la parade de la Saint-Patrick couplée à la première belle journée du printemps. Parfois je nous trouve chanceux de vivre de rudes hivers et de pouvoir les porter comme des badges d’honneur. Nous avons tous l’impression d’avoir survécu à quelque chose.
 Le premier jour où il fait 20 degrés il y a comme une ferveur dans l’air inimaginable. On se sent invincible. Après la parade j’ai charrié 20lbs d’ananas et de crevettes pour un party que j’organise vendredi j’ai passé la soirée dans le Vieux-Port à une table à piquenique à manger des frites Five Guys et goûter les vins espagnols que je servirai cette semaine. Ceux qui savent à quel quai j'habite sauront où me trouver tous les soirs cet été.

Posted by Picasa

16.3.12

J'aime les jardins botaniques et le saumon fumé que mes amis m'envoient par la poste

Les papillons-cobras de la serre des fougères du Jardin botanique de Montréal mangent des oranges le dimanche après-midi. L’œil que l’on voit sur leur aile est un motif courant dans la faune que l’on nomme ocelle. On en trouve sur le plumage des paons ou les guépards. J’aimerais bien avoir une ocelle sur mon corps.


La serre des orchidées.
On appelle ces cactus des coussins de belle-mère. J’en avais un chez moi mais je l’ai jeté aux ordures lors de mon déménagement car il était plein de toiles d’araignées et depuis je le regrette amèrement.


Ce bonzai a 95 ans.


Les papillons de lumière.
J’ai reçu par la poste un cadeau d’une amie déménagée en Colombie-Britanique. Du saumon du Pacifique. C’est dingue, c’est du saumon très naturel de couleur pâle et de texture très mietteuse qui nous fait nous demander ce qu’ils mettent dans le saumon fumé de l’Atlantique au juste pour qu’il soit orange fluo et caoutchouteux comme ça avec un gout si artificiel de fumée. À l’aide! Je crois que nous vivons une crise de l’étiquetage des aliments au Canada. J’ai toujours pensé qu’ici nous étions à l’avant-garde à ce sujet mais non, on nous cache plein de choses et sincèrement le gouvernement fédéral devrait revoir sa position.