8.12.09

Flammekeushe

J’ai fait un saut au Marché de Noël Alsacien de Lachute la semaine dernière. C’est pas à la porte les amis, on a roulé à partir de Montréal en écoutant Demon Host de Timber Timbre en boucle. On est passé à côté de l’aéroport fantôme de Mirabel, il y avait du matériel agricole qui roulait lentement sur la route et les champs de blé d’inde mirabellois coupés raz pour l’hiver défilaient. C’est comme un aperçu des plaines de la Saskatchewan en miniature, du plat et des terres expropriées, vides comme si on était sur Mars. Parce que la terre est plate, j’ai vu un très beau coucher de soleil à Sainte-Scholastique vers 16h13. Plus beau qu’à la plage du Carbet en Martinique ou à Narita au 9e étage du Hyatt Regency en banlieue de Tokyo. Le soleil était un disque énorme descendant sur les granges crochies. Son feu rosissant reflétait dans les fenêtres des fermettes et des roulottes. Je me suis dit que Mirabel n’avait rien à envier au monde devant tant de beauté inespérée.

Au marché Alsacien j’ai pu goûter au fameux flammekeushe, une tarte flambée à la crème fraîche, aux oignons et aux lardons. Les bords sont brûlés car la tarte est cuite dans les embruns et elle était faite traditionnellement une fois par semaine par les fermiers pour tester la température du four à bois avant de cuire le pain. C’était spectaculaire, ça l’air de rien décrit comme cela mais le mélange était éblouissant. Rien à voir avec une pizza. Il y avait aussi du vin chaud, des feux de camps, des patineurs et deux minous à adopter qui s’entrelaçaient dans une cage pour se protéger du froid. Pour le reste je n’ai pas encore compris pourquoi il y tant d’Alsaciens à Lachute mais il y a des rues avec des noms allemands et des églises à l’architecture calviniste. J’adore découvrir des petits villages hors piste dans mon propre pays. Chaque jour ces endroits m’apprennent qu’il y a encore tant de choses que j’ai envie de voir.
Posted by Picasa