23.7.09

Le péloponnèse

Je ne croyais pas arriver en Grèce en pleine saison de la pastèque. Sur les routes du Péloponnèse, les filles des fermiers ne vendent pas des fraises mais des melons d’eau à l’ombre des églises. Les gitans, eux, se baignent dans l’eau de cristal de la mer Egée à la sortie de chaque village et les pêcheurs font sécher les pieuvres sur des cordes à linge. En deux jours j’ai volé une roche d’un amphithéâtre grec de 2000 ans, j’ai fait cuire de la pieuvre sur des branches d’olivier et de romarin dans l’oliveraie où j’ai loué une maison dans la campagne profonde et où mes voisins traient à la main dans un sceau de métal leurs 10 chèvres chaque jour vers 19h.
Les propriétaires athéniens ne m’avaient pas donné d’adresse ou de nom de rue mais des indications et une photos de la porte principale de la maison et ils m’avaient écrit par courriel «la clé est sous la roche à gauche de l’arc en pierre». Nous avons eu aucun mal à trouver et nous avons découvert chez eux le minuscule village de Kornakia qui s’éveille seulement vers 17h tant la chaleur est forte le jour. Avant il n’y a que le bruit des criquets dans les oliviers. J’ai acheté un chapeau de pêcheur en paille pour me protéger du soleil mais un des voisins qui vient arroser tous les soirs le limetier et les énormes buissons de romarin qui bordent le chemin m’a dit que ce n’était pas bien pour une femme de porter un tel chapeau. En échange je lui ai donné des tentacules de pieuvre grillées et il a tapé son cœur de son poing trois fois pour me remercier. Le lendemain sa femme a laissé 4 œufs fraîchement pondus sur le bord de ma fenêtre en guise de remerciement.
Le vin local porte le nom de retsina et est parfumé à la résine de pin, il coute 0.99 cents le litre au supermarché et est encapsulé sous un bouchon de bière. Sur le bord des routes on vend pour presqe rien du méchoui de porc et d'agneau cuit dans de grand toneaux de métal.
Posted by Picasa