14.3.09

Fraises d'hiver

Cette année j’étais convaincue que j’allais faire des sports d’hiver. Je me suis acheté des raquettes chez Canadian Tire le 30 novembre, mon frère et sa blonde m’ont donné des patins en cadeau. J’étais prête. Mais j’essuie un défaite écrasante contre l’hiver. J’ai fait de la raquette une seule fois et du patin une seule fois. Difficile à expliquer mais ma nuitée de patin m’a valu deux cicatrices permanentes d’une dizaine de cm chaque à la mi-mollet, vivement le temps des jupes. Donc samedi et dimanche dernier (ainsi qu’aujourd’hui) je suis allée courir sur le bord du canal Lachine dans la neige-sloche-lacs d’eau : 12km. Il en résulte que je suis presque incapable de me lever de ma chaise en ce moment. Je dois être possédée pour avoir fait le trajet en entier, à certains endroits je calais à mi-jambe.
Donc, incapable de cohérence comme d’habitude j’ai cuisiné plein de trucs par la suite dont ces patates suédoises qui font changement : mettre chaque patate dans une cuiller en bois et l’inciser plusieurs fois pour ne pas couper entièrement et créer un éventail. Enfourner avec du sel et de l’huile d’olive.
Ensuite il est arrivé un truc étrange avec le calice en verre rubis (vase liturgique) procuré cet hiver à l’église hongroise de Montréal pour 50 cents, un pot de Hangen-Daz à la vanille, quelques amis que je ne nommerai pas et de l’alcool de fraises des bois cueillies à la main par des petites italiennes. Voilà, ce que nous avons fait: nous nous sommes enivrés avec du dessert. L’alcool en question contient de vraies fraises et se nomme Fragoli. Versé sur de la glace à la vanille c’est formidable et ça rivalise avec n'importe quel dessert compliqué. Il y a eu un phénomène d’entrainement, on versait de grands lacs dans nos coupes, vite il ne restait plus de glace et on s’engueulait au sujet de la série BD American splendor écrit par Harvey Pekar . Soudainement quelqu'un s'est écrié : Ya 24% d’alcool là-dedans. Malheureusement j’avais également préparé des jellos de chardonnay aux framboises (ci-haut). Nul va sans dire qu’il n’y a pas eu de consensus. Le film est-il meilleur que la BD? La question est encore dans l'air.

Aucun commentaire: