10.11.08

Les bazars de Noël ou Kielbasy polski

Les deux gardiens de nuit à mon bureau sont nés dans la ville d’Auschwitz en Pologne bien après la guerre. Je les connais peu, il y en a un qui est toujours entrain de lire l’Ancien Testament à la lueur d’une lampe un peu ancienne. J’ai fait un tour au bazar polonais de l’église Saint-Antonin à NDG dimanche et c’était très amusant. J’adore les sous-sol d’église, celui-ci était plein à craquer de marchands qui me parlaient polonais comme si j’étais née à Auschwitz moi aussi.
Il y avait des livres partout, des saucisses suspendues au plafond, des brioches aux fruits confits, des pains en forme de feuilles, des babka deux couleurs, des dames pomponnées qui vendaient des perogis, des gâteaux maison, des nappes brodées au petit point et d’énormes bagues de zircon teinté en forme de poire, scarabée, coccinelle. Les diverses communautés d’Europe de l’est orchestrent des bazars de noël un peu partout à Montréal d’ici la fin novembre qui procurent des immersions privilégiées dans des cultures culinaires souvent rustiques mais toujours nouvelles. Je suis rentrée chez moi avec un gâteau en forme de couronne lourd de figues avec lequel je pourrais survivre 40 jours dans un abris nucléaire avec 40 personnes sans crever de faim et 250g de longe de porc fumée pour faire des sandwichs. Le jambon polonais est un de mes favoris. G vient de se peser avec le gâteau dans les mains et il faisait 177.3 livres avec le gâteau et 173.3 sans.

Aucun commentaire: