7.7.08

Pouf!

J’ai un été idéal gravé dans la tête depuis toujours et malheureusement il ne s’est jamais réalisé. Je passe juillet et août sur le bord de l’Atlantique (Maine, New-Hampshire, RI ou Connecticut) dans une maison en bardeaux de cèdre, il y a des feux de camps sur la plage tous les soirs, des étoiles, du homard. Je porte des robes soleil et je lis toute la journée. À la fin de l’été, je suis bronzée, j’ai les cheveux brûlés par le soleil, j’ai perdu 50 lbs et j’ai écrit un roman.


En voyant la une de La Presse ce matin, cependant, j’ai eu moins envie d’Ogunquit que d’habitude. Bof, hier je suis allée pique-niquer dimanche au Parc des îles de Boucherville. J’avais amené une boîte Bento remplie de salades (rubans de zuccini et sésame noir, papaye verte, un avocat et des framboises albinos). Dans les sentiers pédestres il n’y avait pas un chat (tout le monde était agglutiné pour pique-niquer autourdu parking), des blés de vingt pieds bordaient les petits chemins, il faisait 33 degrés et le tout Longueuil se prélassait sur les yachts en écoutant la compagnie créole sur le fleuve. J’ai quand même trouvé une crique tranquille et j’ai vu une paruline masquée.
Posted by Picasa

1 commentaire:

Louise Blais a dit…

j'ai été attiré ici par votre jambon (est-ce tjrs d'actualité?). J'aime beaucoup votre "ton". Je ne me souviens plus de une de La Presse de juillet 2008... mais je vous souhaite un été tel que rêvé ici! Je me reconnais assez là-dedans!