30.7.08

La boucle

J’ai passé quelques jours au lac supérieur dans les chalets scandinaves de Côté-Nord Tremblant. Une idée me chicotait dès mon arrivée quand on m’a dit que le tour du lac mesurait 8 km : pourrais-je le jogger malgré les quelques pentes? Entre-temps, j’ai pu me baigner dans leur piscine presque aussi chaude qu’un bain, un bébé rouge-gorge est tombé de son nid sur le balcon au déjeuner et a pris son premier envol, je me suis tissée d’amitié avec un chevreuil qui s’ébrouait dans le sous-bois alors qu’il pleuvait, une légère buée sortait de ses narines et j’ai pu le suivre sur 500 mètres. J’ai mangé du bison et je n’ai pas trop aimé. G a fait un semifredo à l’ananas. J’ai cassé un œuf bio pour faire une omelette et il y avait deux jaunes dans la même coquille. Je me demande si ça porte chance. J’ai acheté des betteraves miniatures, des carottes violettes et des tomates zébrées. Et dimanche midi je me suis dit que je m’en voudrais si je n’essayais pas : j’ai couru la boucle autour du lac et je m’en suis bien sortie. J’ai recommencé lundi matin. Mais voilà que les triomphes sont de courte durée: ce matin je ne suis pas allée courir jusqu'à l'échangeur Turcot...


26.7.08

Salade d'été à Trenholm

J’ai passé le week-end dernier à Trenholm dans le Canton de Cleveland. J’ai fait du jogging samedi matin et j’ai failli me faire encorner par un taureau que j’ai regardé trop longuement dans les yeux. Il m’a suivi avec ses deux consœurs en piaffant sur 200 mètres. Le jogging est une bonne façon de découvrir un endroit, la très tranquille route de campagne m’a menée au cimetière de l’église unie de Trenholm où on trouve la sépulture du fondateur de la ville et ses (pluriel) femmes. Tous enterrés sous la même pierre tombale. J’ai pu voir que notre voisin avait une boite à lettres en forme de blé d’inde. Un autre a un merveilleux cheval albinos, comme un unicorne dans un rêve de jeune fille.

Mais encore une fois, pour un week-end, j’ai bu trop d’alcool, mangé trop de sel , sans parler de ces délicieux carrés au citron du magasin général à Upton où on vend aussi de l’huile de tournesol bio cultivé dans les immenses champs de fleurs du village.Mais voilà, dans les Cantons de l’est il y a ce magnifique petit marché de producteurs locaux à Melbourne où j’ai acheté des mini-tomates aussi sucrées que des fraises. Et des concombres tendres avec lesquels j’ai fait une salade inspirée des îles grecques que je recommande à tout le monde. Il est important de choisir des concombres du jardin et non pas ces horreurs industrielles dits « concombres anglais » sous cellophane que l’on retrouve dans les épiceries pour 99 cents. Le concombre est facilement un de mes légumes préférés. J’ai également trouvé au marché de petits pois à écosser ce qui est très rare car la culture de ce légume est difficile et le travail nécessaire pour les peler est monumental.

Salade de concombres à la menthe et au feta

Peler deux concombres et tranchez-les à l’aide d’une mandoline. Saler et laisser égoutter dans une passoire pendant 30 minutes. Émincez une botte de menthe et écrasez les feuilles à la fourchette dans le fond d’un bol avec 100 gr de feta et une cuiller d’huile d’olive. Disposer les tranches de concombres dans une assiette et verser la mixture fromage-menthe-huile sur les concombres.

Sur la photo du haut vous pouvez voir un petit pain plié breton acheté au Marché champêtre de Melbourne.
Posted by Picasa

17.7.08

seminterrato uno

Ça y est, nous avons avalé notre jambon de Bayonne fait maison pour fêter le départ de mon frère pour le Pôle Nord. Mat vient tout juste d’arriver en Arctique, je viens de recevoir ses premières photos, mille km au nord d’Iqaluit.


Le jambon était royal et j’en suis très fière. Une première étape vers notre appellation contrôlée Seminterrato. Une étonnante transformation par la salaison et le temps. Nous l’avons mangé avec un cantaloup pour l’apéro.

Après nous avons cueilli les premiers légumes dans le jardin chez Nora. Des fleurs de zuccini que j’ai farcies avec de la purée de pommes de terre et du fenouil du jardin arosées d’un filet d’huile d'olive et enfournées 10 minutes. Il y avait aussi des haricots, des fleurs de ciboulette pour la salade. Elle a un pommier qui donne de petites pommes surettes que sa mère apprête avec du sel pimenté et j’ai eu la chance d’en hériter un petit pot.

15.7.08

Déjeuner minute

Je vis avec un Français et ce n’est pas facile de lui faire comprendre qu’on mange des œufs pour déjeuner parfois. Pour lui c’est barbare. Du pain et de la confiture, un croissant, une chocolatine, mais des œufs ? Jamais. J’ose parler de bacon qu’en de rares occasions. Mon père, lui, avait un ami indien végétalien qui avait été fort malade un matin juste à respirer l’odeur bacon qui cuisait dans le poêlon en fonte du chalet. Tout ça pour dire que j’avais envie de manger une omelette pour déjeuner récemment mais je n’ai jamais le courage de m’en faire au réveil et je ne veux pas incommoder la France.

J’ai donc trouvé la solution pour des mini fritatas que je fais à l’avance dans des moules à muffin et que je réfrigère dans des ziploc, pour ensuite passer au micro-ondes une minute le matin.


Mini-fritata minute

Pré-chauffer le four à 350 degrés. Battre 6 œufs, un demi oignon en mini-dés, 8 tomates raisin coupées en dés et deux tranches de jambon fumé découpé en morceaux. Verser dans six les moules à muffin graissés et enfourner 13 minutes dans le four. Démouler et laisser refroidir avant de réfrigérer.

Vos déjeuners seront préparés à l’avance pour la semaine. En plus l’œuf est rempli de protéines rassasiantes qui coupent la faim jusqu’à l’heure du lunch.
Posted by Picasa

13.7.08

Pôle nord


Mon frère passera l’été sur l’île de Baffin au Nunavut où il travaillera comme chef pour une compagnie minière. Les employés de la mine sont principalement Inuits. On lui a demandé s’il était capable de préparer du caribou, de la baleine et de l’omble de l’arctique.

Donc, hier nous sommes allés à la Vieille Europe pour acheter chorizo, rosette de Lyon et queues de singe pour amener dans sa valise au pôle-nord. Ça faisait au moins deux ans que je n’étais pas entrée dans cette épicerie et j’ai pété les plombs. C’est LE royaume des fromages et des charcuteries à Montréal. J’ai trouvé du reblochon de Savoie fabriqué avec du lait cru à Annecy que j’ai servi avec de la gelée de coings. Et j’ai fait un plateau de viandes incluant un chorizo, du jambon iberico importé d’Espagne et du porc rôti.

Pour se rendre sur Saint-Lau nous avons traversé le quartier chinois dans la chaleur. Nous nous sommes arrêtés pour boire un Pocari Sweat, littéralement Transpiration Pocari, la boisson sportive la plus populaire au Japon. Ça goûte le pamplemousse rose.

11.7.08

Je dois y aller à fond dans les salades jusqu'à la fin de l'été

Salade de rubans de céleri-rave, radis et câpres. Le tout mélangé avec un peu de yaourt blanc et le jus d’un citron. Le celeri-rave est une grosse motte tubéreuse avec cinq-six fines racines protubérantes, c’est vraiment un légume-laid, mais une fois son épaisse peau pelée, il n’en reste que sa chair couleur crème. Il faut détailler les rubans avec une mandoline et trancher les radis également à la mandoline pour que tout soit fin.
Posted by Picasa

10.7.08

Et le jambon lui?

À cause de la chaleur nous sommes obligés d’attendre quelques semaines avant de goûter aux fines tranches aromatisées au cognac du jambon seminterrato qui se trouve à être réfrigéré au moment où on se parle.

J’ai appris une bien triste nouvelle hier. Le Coréen qui tient l’épicerie fine sur ma rue et qui écrit « charcutrie » dans sa vitrine, ferme ses portes vendredi. Il est écœuré de passer les ponts tous les matins à partir de Brossard. Franchement, il offrait un des meilleurs prosciutos en ville. Chaque fois que je jouais au traiteur j’achetais mon jambon chez lui pour envelopper des figues, des pêches avec du basilic ou du melon charentais. Je suis désemparée, mes frères et moi allons devoir prendre la relève avec notre jambon qui tarde à mûrir. Je me demande si le tranchoir du Coréen est à vendre…

Donc hier j’ai fait une salade pour la dernière fois avec le jambon du coréen, de la roquette, du parmesan, de l’huile d’olive et une courge butternut coupée en deux et rôtie au four 30 minutes. J’adore les graines de courge rôties avec la salade. Sur la photo vous pouvez aussi voir mon plant de piment oiseau, mon estrangon français et mon plant de cari.

7.7.08

Pouf!

J’ai un été idéal gravé dans la tête depuis toujours et malheureusement il ne s’est jamais réalisé. Je passe juillet et août sur le bord de l’Atlantique (Maine, New-Hampshire, RI ou Connecticut) dans une maison en bardeaux de cèdre, il y a des feux de camps sur la plage tous les soirs, des étoiles, du homard. Je porte des robes soleil et je lis toute la journée. À la fin de l’été, je suis bronzée, j’ai les cheveux brûlés par le soleil, j’ai perdu 50 lbs et j’ai écrit un roman.


En voyant la une de La Presse ce matin, cependant, j’ai eu moins envie d’Ogunquit que d’habitude. Bof, hier je suis allée pique-niquer dimanche au Parc des îles de Boucherville. J’avais amené une boîte Bento remplie de salades (rubans de zuccini et sésame noir, papaye verte, un avocat et des framboises albinos). Dans les sentiers pédestres il n’y avait pas un chat (tout le monde était agglutiné pour pique-niquer autourdu parking), des blés de vingt pieds bordaient les petits chemins, il faisait 33 degrés et le tout Longueuil se prélassait sur les yachts en écoutant la compagnie créole sur le fleuve. J’ai quand même trouvé une crique tranquille et j’ai vu une paruline masquée.
Posted by Picasa

5.7.08

Solstice

J’ai passé quelques jours à Saint-Fidèle sur le bord du fleuve entre Cap-à-l’aigle et Port-au-persil à boire du cava, un mousseux espagnol (Balta Brut, 14$). Si l’été dernier a été marqué par la découverte du vino verde portugais, cet été c’est le cava, bien moins cher que le champagne et tout aussi efficace. Le cava est la raison pour laquelle les Espagnols se couchent à 4h du matin les jours de semaine.

Sinon, Saint-Fidèle a comme attraction principale une fromagerie fort courue pour son cheddar éponyme, son beurre et sa crème glacée. Et sur la route de la Malbaie il y a le fumoir Charlevoix qui propose des pizzas fines au saumon fumé, de la truite fumée et autres délices marins à consommer avec du rosé.

Un jour de pluie nous avons marché sur les sentiers magnifiques de Baie-des rochers où j’ai vu deux orchidées sauvages (sabots de la vierge), des chutes et des cascades comme si on était a Brésil et tout au bout une plage de sable fin avec des moules bleues. Nous étions seuls avec les cornes de brume au loin. Dans la baie il y a la cabane isolée de Félix-Antoine Savard et j’ai eu l’impression d’avoir lu l’endroit avant de le voir.

Aussi, nous avons aussi marché dans le parc des Hautes-Gorges jusqu’à l’Acropole des Draveurs, cinq heures de sueurs. J’ai également lézardé une journée entière soufflée par le vent à lire New York magazine en regardant passer les minéraliers et j’en ai récolté un coup de soleil monumental, rouge homard. La maison était complètement isolée avec une vue de 360 degrés sur le fleuve et Pointe-au-pic. La nuit, la forêt avoisinante était remplie de mouches à feu comme je n’en ai jamais vu.

J’ai mangé des fraises de l’île-d’orléan toute la semaine. J’en ai fait des tartes et de la confiture avec de la rhubarbe du jardin. J’ai essayé deux innovations : fumer une bavette avec un petit brasier de bois de réglisse (utilisé en Afrique pour se brosser les dents) et griller du porc comme le font les grecs en plaçant une immense gerbe d’origan sec sur les braises. Fameux.


Nous sommes passés par Québec où nous avons mangé au Café du monde dans le port. Un incontournable. J’ai remarqué que les gens de Québec adorent porter des costumes d’époque. Chaque fois que je suis dans cette ville je vois des filles du roi ou des amérindiens, cette fois c’était une armée entière style Nouvelle France qui marchait au pas le long du fleuve en collants bleus royal, vestons rayés jaune à manches bouffantes et chapeau tricorne pendant que je mangeais mon tartare de bœuf.

En bout de ligne, le 1er juillet est passé et je n’ai perdu que 5 livres au total. Le jambon, lui, va bien, mais, aux dernières nouvelles, nous allons le laisser vieillir encore un peu. J’ai mis d’autres photos ici.