25.5.08

Je suis tombée amoureuse d'une courge

Mes frères sont partis à la pêche à l’Annonciation. Je suis donc allée chez ma mère pour un projet de l’envergure des grands barrages d’hydro : faire des pâtes fraîches pour la première fois. G m’a acheté une machine à pâtes une « lamineuse » il y a plus de 5 ans de cela et je l’ai utilisée pour la première fois vendredi. Entre les orages et la grêle j’ai appris ce qu’était une courge butternut et je lui doit tout mon respect depuis. Ça sent, la citrouille sa chair est orange fluo, mais je crois que pour farcir les raviolis « c’est meilleur que de la viande » dixit ma mère. Plusieurs écueils à part la pluie se sont présentés à nous : ma mère, fervente, avait passé la journée à faire des won tons, je n’avais jamais lu les instructions de la machine, au début, il a été vaguement question de faire nos raviolis directement dans la pâte à won ton pour déjouer tout le problème de faire de la pâte. Mais voilà que nous avons repris courage. Plus ma mère que moi.
J’avais deux recettes pour des raviolis. Pour la première, la garniture à la courge butternut, il faut enfourner 30 minutes la courge râpée avec un piment sec, des graines de coriandre broyés et de l’huile d’olive. Il faut prendre soin de conserver les graines de la courge pour la sauce, c’est un détail original et essentiel. La deuxième garniture, aux oignons, thym, patates, noix de pins et réduction de balsamique a été préparée dans le plat en forme de cœur dans lequel ma mère nous fait nos gâteaux de fête tous les ans. Je dois dire que j’avais goûté à Paris avec une amie il y a quelques années de cela des raviolis à la courge et j’avais été renversée. Rebelote vendredi soir. Il faut essayer cette recette, je l’ai pris dans un livre de Jamie Oliver, qui, on peut dire ce que l’on veut, est un homme parfait. La sauce qui accompagne les raviolis à la courge est simple : mettre au four 20 minutes un bloc de fromage de chèvre avec de l’huile d’olive, les graines de courge et de l’origan et émiettez le tout sur les pâtes. Il faut l’essayer.
Nous avons même fait deux recettes de pâte, la deuxième boule a été entièrement abaissée à la main par ma mère comme si nous étions dans une ruelle endormie de Sienne, en réalité, nous étions à la lisière de Saint-Léonard, mais les lilas empourprés étaient en fleurs. Le laminoir est un outil utile à apprivoiser. À la fin de la soirée, nous avons soudainement réalisé que ses deux autres ouvertures produisaient des linguines et des spaghettis! J’ai accroché des linguines à côté du jambon dans la chambre froide pour les sécher. Mes frères vont être impressionnés quand ils vont voir ça.

Aucun commentaire: