24.4.08

Flan goût fraise

Hier, je ne suis pas allée courir et je me suis sentie coupable toute la soirée. Il y avait un semblant d’orage qui menaçait d’éclater et j’ai trouvé que c’était l’excuse parfaite pour rester à la maison. En plus, j’ai déniché dans mon armoire une petite boite de Jello indien de la marque Nouara qui y était cachée depuis une excursion dans le Petit Bengladesh (nom affectueux que je donne au quartier Parc Extension) avec Mathieu et Bugsy un samedi midi. Bugsy, remarquant l’affiche accrochée au mur, avait réalisé que le délicieux bouiboui était un « apportez votre vin » et avait bondi de table pour aller au dépanneur le plus près. Il était revenu avec une bouteille empoussiérée millésimée 1999. Le serveur avait lancé l’ouvre bouteille sur notre table.

Ce jour-là nous avions dit que nous passerions le prochain noël habillés de saris et coiffés de turbans tellement nous avions apprécié le repas. En sortant, Mathieu avait acheté une grosse poche de riz basmati avec un joli dauphin bleu dessus et moi mon « flan au gout de fraise » que j’ai enfin sorti de l’armoire hier soir. Comme vous pouvez le voir sur la photo les seules instructions en français sont « pour 1 demi-litre de lait » tout le reste est en ourdou. J’y suis allée à l’œil, j’ai versé la poudre rose dans une casserole en cuivre et j’y ai ajouté un demi-litre de lait. Le résultat était parfait après 1h dans le frigo j’avais des flans roses. C’est même bon, moins chimique que je ne l’avais anticipé. G en a mangé trois.

Comme repas, j’ai essayé de me faire un sauté de melon amer, le légume mystérieux avec des crevasses sur la peau. Je l’a fait dégorger pour qu’il perde un peu de son amertume, je l’ai coupé en petits morceaux et fait revenir dans un wok avec de l’ail. C’était très âpre comme goût. J’ai ajouté un peu d’huile de sésame mais la saveur de noisette n’a fait que masquer les arômes astringents. Conclusion : je crois que je n’aime pas le melon amer.

J’étais donc un peu défaite. Au lieu de terminer la lecture du renversant roman The Road de Cormac McCarthy, j’ai écouté la téléréalité au sujet de la famille de nains qui cultivent la pêche sur leur verger de 34 acres en Oregon.

Ce matin je me suis réveillé à 6h00 et j’ai couru jusqu’au marché Atwater. Aller. Retour.


1 commentaire:

Anonyme a dit…

je m'éxcuse le flan nouara c algerien de l'algerie mon payé